Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 16:48

Axioprepeia, en grec moderne, c’est la dignité, qui a animé les Grecs depuis des mois et des mois dans leur tragique combat – avec le malheureux résultat que l’on sait. Exténué par des années de crise et de restrictions, écrasé de « réformes » aussi délétères qu’impuissantes à rembourser une dette danaïdesque, affamé au sens le plus strict du mot, le peuple grec vient d’être humilié avec la dernière des cruautés pour avoir osé relever la tête et proclamer haut et fort qu’il voulait non seulement ne plus être pressuré, mais encore qu’on le respecte, lui, sa souveraineté et ses représentants démocratiquement élus.

Axioprepeia, c’est ce qui vous tient debout quand vous n’avez plus d’autre espoir qu’en vos propres forces, un sentiment (tellement outrecuidant aux yeux de certains qu’il faut l’écraser sans pitié et à grands coups de brodequin dans les gencives de préférence) aussi violent qu’irrationnel et qui fait qu’on ne plie pas, qu’on ne courbe jamais l’échine, qu’on ne se soumet en aucun cas – « la race qui chant[e] dans les supplices » en somme. Un comportement épique, quelque chose entre Antigone et les héros de Malraux, bref du vieux, du ringard, du littéraire, du mythe, rien qui tienne face à la solide réalité sonnante et trébuchante de l’économie mondialisée et libérale.

AXIOPREPEIA

Voilà pourquoi, non contente d’imposer à la Grèce un plan de réformes assassin qui tuera le malade aussi sûrement que la saignée du Dr Diafoirus, l’Europe a soumis ce malheureux petit pays, de grande civilisation et de haute culture, à un traitement infamant : l’humiliation. Nier à l’autre, alors même qu’on est en train de l’égorger, toute dignité, c’est lui renvoyer en pleine face qu’il n’existe pas. Vous êtes quelque chose d’encore en-dessous de l’insignifiant, « beneath the underdog » comme disait Mingus, vous n’êtes RIEN.

Prêter oreille à qui revendique d’être entendu comme un humain, ce serait lui reconnaître de l’être, de la sensibilité, des droits. Vous n’êtes rien, on vous ignore, on ne vous connaît pas. Et donc, pas de problème, veuillez crever en silence et vos gueules s’il vous plaît.

L’humiliation n’est pas « nécessaire » en termes de gestion de la phynance internationale, pas plus qu’en politique d’ailleurs ; l’histoire nous apprend même (voir le Traité de Versailles, par exemple) que c’est parfois le meilleur moyen de préparer de sanglantes vengeances.

Mais ça c’était avant. L’humiliation est devenue un mode de gestion, gestion des crises européennes, on vient de le voir, mais aussi des ressources humaines (sic), en particulier dans le grand royaume enchanté de notre mère à tous l’Education Nationale.

Effectuons donc un grand saut dans l’espace, d’Athènes à Toulouse, de la Grèce au pays où « même les mémés aiment la castagne », et découvrons la triste et douloureuse histoire de Laure Betbeder et six professeurs du Collège Bellefontaine (situé en zone prioritaire) au cœur du quartier populaire du Mirail, victimes d’un chef d’établissement autoritaire (parler ici de caporalisme constituerait une grave offense envers les caporaux) et mutés « dans l’intérêt du service » pour avoir osé revendiquer des moyens pour leurs élèves – et surtout mis l’accent sur le décalage entre la grrrrrande et ammmmmbitieuse réforme de l’éducation prioritaire telle qu’elle a été proclamée à grands sons de trompe par les communicants de Mme Vallaud-Belkacem et les moyens réellement attribués à leur établissement pour la mener à bien (1). De la répression antisyndicale pure et simple, et l’indifférence totale des autorités. Vous n’êtes rien, votre problème n’existe pas, on vous ignore, on ne vous connaît pas. Et donc, pas de problème, veuillez crever en silence et dépêchez-vous, que ça traîne, trublions de profs qui osez la ramener, et vos gueules s’il vous plaît. Comment ça, axioprepeia ?

AXIOPREPEIA

Les dernières nouvelles ne sont pas bonnes : Laure Betbeder, en grève de la faim depuis 24 jours, rejointe depuis par sa maman et deux de ses collègues, campe dans les jardins du rectorat. Professeur de SVT, la jeune femme, dont la santé se détériore peu à peu sous la canicule occitane, veut juste continuer à exercer au collège Bellefontaine – mais sans doute est-ce encore trop pour la rectrice qui, toute auréolée de sa récente promotion au grade de Chevalier de la Légion d'honneur (sans doute pour sa gestion exemplaire du cas Bellefontaine et sa mise en œuvre de la réforme REP+) ne veut rien entendre. Quel est le petit rigolo qui a dit axioprepeia ?

Quant à Mme Vallaud-Belkacem, naturellement préoccupée par bien d’autres soucis, elle a tout bonnement « snobé » notre collègue (2), pour reprendre les termes du quotidien gauchiste bien connu La Dépêche ci-devant du midi. DE MINIMIS PRAETOR NON CURAT (3). Axioprepeia, axioprepeia ? Et pourquoi pas dix euros, un Mars © et de la musique dansante tant qu’on y est ?

Un comité de soutien, le « Collectif Bellefontaine » (4), a été créé afin d’obtenir la réintégration des enseignants mutés. Il dispose également d’une page FB (5) qui vous permettra de suivre jour après jour l’évolution de cette épouvantable histoire.

Les indignes dans cette affaire, du chef d’établissement à la ministre en passant par la rectrice, sont sans doute persuadés d’être dans leur rôle. Nous voici parvenus au temps du mépris, et de l’humiliation comme mode de gestion des personnels. De la part d’un gouvernement qui se veut de gauche et d’une ministre qui se flatte d’être à l’écoute des enseignants, c’est une véritable honte, qui se paiera très cher au moment des régionales sans parler des présidentielles. Devenu loyal gestionnaire de l'existant, le PS a intégré, ce faisant, tous les codes comportementaux des gens de pouvoir, à commencer par la morgue, le déni de réalité et la certitude d'avoir raison envers et contre le malheur des gens.

Ce sont les petits, les sans-grade, les Laure Betbeder, ceux et celles qui se battent seuls contre la grande machine à broyer les êtres, qui nous montrent la voie et nous donnent l’espoir.

DIGNITE, RESISTANCE, AXIOPREPEIA ANTISTASI !

AXIOPREPEIA

Partager cet article

Repost 0
Published by leblogdelapresidente
commenter cet article

commentaires

la suppléante inspectée 15/04/2016 23:19

Dignité et résistance voici mon combat "lasuppléanteinspectéeestuneconnasse.wordpress.com"
Merci pour votre commentaire.
Bien cordialement

Desjardins Antoine 16/07/2015 11:14

Très bel article. Merci !